John Visentin, CEO de Xerox, a exposé sa liste de priorités en matière d'innovation lors de la présentation des derniers résultats trimestriels, fin janvier. La forte demande rencontrée par la nouvelle Iridesse et les chiffres du meilleur-trimestre-à-ce-jour de la presse à jet d'encre Brenva, n'ont pas pesé lourd face au recul enregistré dans le reste du portefeuille haut de gamme (dont la série iGen). En plus d'un changement d'approche de la situation, l'entreprise compte sur la conquête du potentiel marché de l'emballage pour générer de meilleurs résultats.

Lors d'une réunion avec des analystes financiers, Steve Hoover, Chief Technology Officer de Xerox, a déjà levé un coin du voile : "Ce n'est ni du jet d'encre ni de la xérographie à laser. Mais une technologie résolument nouvelle, qui nous permet d'imprimer sur un large éventail de matériaux, de feuilles et de films." Selon notre consoeur Print Business, Hoover fait probablement référence à la "lithographie offset numérique" ou "lithographie à données variables", sur laquelle un brevet a été obtenu en 2011. La technique fait penser à celle de l'offset sans mouillage, avec couche silicone oléophobe sur la plaque. La forme imprimante de Xerox peut recevoir à chaque fois une nouvelle image (variable), laquelle est reportée sur le support à imprimer par l'intermédiaire d'un cylindre de transfert.

Lors de la Drupa 2016, Xerox avait encore annoncé un partenariat avec Koenig & Bauer, en vue de mettre au point une presse hybride destinée au marché de l'emballage. Celui-ci n'a pas abouti et Koenig & Bauer a déclaré dernièrement poursuivre le projet avec Durst.

Xerox aurait déjà présenté des démonstrations de sa nouvelle technique "d'offset numérique" devant un parterre trié sur le volet de partenaires et utilisateurs potentiels. Mais de prime abord, le public ne devrait pas voir les premiers résultats de ce nouveau développement avant 2020.