Les fédérations professionnelles et entreprises qui forment ensemble la filière belge du papier s'engagent à prendre des mesures contre le changement climatique. Le 8 février, les fédérations professionnelles ont signé à l'occasion de la conférence 'circularité et bio-économie', organisée à Bruxelles, une nouvelle charte environnementale. La filière prend ainsi de l'avance pour un avenir de l'industrie plus respectueux de l'environnement. Près de deux Belges sur trois trouvent que l'environnement se détériore et attendent de l'industrie belge qu'elle consente davantage d'efforts.

Le Paper Chain Forum (PCF), qui représente tous les maillons de la filière belge du papier, célèbre le 10e anniversaire de sa charte environnementale en prenant un nouvel engagement pour les six prochaines années. L'un des aspects clés tient au renforcement de l'efficience énergétique de la filière au niveau de la consommation d'énergie, des rejets de CO 2, de l'emploi de matières premières renouvelables, de l'éco-design et de la collecte de vieux papiers et cartons.

D'après une enquête menée pour le PCF auprès d'un échantillon représentatif de la population belge (1000 personnes), les Belges estiment peu probable que la société soit un jour respectueuse de l'environnement sans effort supplémentaire des entreprises et des secteurs industriels. Deux Belges sur trois sont très préoccupés par le climat et l'environnement et considèrent même que la situation se dégrade.

La filière papier se fixe comme objectif de renforcer encore sa part dans la bio-économie, qui utilise déjà la fibre de bois comme ressource renouvelable. Pionnière en matière de circularité et de bio-économie, elle veut être un exemple d'industrie fonctionnant presque intégralement selon les principes de l'emploi des matières premières renouvelables, d'une réduction maximale des déchets, de faibles rejets de CO2, d'une consommation d'énergie modérée et de recours à des processus de production innovants.

D'après l'enquête menée en Belgique, il semble que les efforts soient favorables à la réputation du papier et du carton. 8 personnes sur 10 assurent que les coups de collier supplémentaires pour récupérer et recycler davantage de papier, pour n'utiliser que du bois provenant de forêts soumises à une gestion durable et pour rendre les produits en papier plus écologiques, contribuent à améliorer leur opinion envers ce dernier. 70% reconnaissent que la fabrication de papier est devenue plus propre ces dernières années. Près d'une personne sur deux est persuadée que le papier et le carton sont des matériaux écologiques grâce à l'emploi d'une matière première de base renouvelable, la fibre de bois.

" Nous sommes particulièrement fiers que les fédérations, les entreprises et les 40.000 salariés de la filière du papier s'engagent à accentuer leurs efforts pour lutter contre le réchauffement climatique. Avec sa nouvelle charte environnementale, notre filière montre sa volonté et son ambition à fournir plus d'efforts en faveur de l'environnement ", conclut Firmin François de l'asbl Paper Chain Forum.