Les statistiques annuelles publiées par l'association européenne d'encre d'imprimerie (EuPIA) mettent en évidence un nouveau recul du marché européen de l'encre en 2016. Avec une baisse de 2%, le chiffre d'affaires atteint 3,05 milliards d'euros. Une tendance à la baisse qui se vérifie depuis 2012.

L'étude de l'EuPIA compile des données de 28 sociétés représentant 90% des ventes en Europe. Elle distingue plusieurs branches au sein du secteur des encres d'imprimerie : les encres à base d'huile (rotatives heatset, coldset et offset feuille) - les encres liquides à base de solvants (flexo et hélio) - les encres liquides à base d'eau (flexo, hélio et vernis associés) et les autres encres (encres thermodurcissables avec UV et vernis de surimpression). Dans la dernière catégorie, l'EuPIA ne tient pas compte des encres sérigraphiques ni des encres numériques.

Point positif

Pour la première fois depuis 2012, l'année 2016 marque un léger retour à la hausse en Europe des ventes d'encres en volumes de 0,6%. Cette légère croissance est notamment due aux ventes d'encres liquides à base aqueuse et d'encres thermodurcissables. Représentant respectivement 14,2 % et 17,4% du CA du secteur des encres d'imprimerie, ces deux types d'encres sont les branches les moins importantes, mais sont les seules à être en croissance. Les encres à l'eau sont traditionnellement dévolues au marché du carton ondulé, mais trouvent depuis plusieurs années de nouvelles applications, notamment dans le secteur des emballages souples. Les encres thermodurcissables pour l'offset connaissent de nouveaux développements, en combinaison avec les nouvelles techniques de séchage H-UV, LE-UV, HR-UV et LED-UV.